Archives pour la catégorie Le bateau

Albacore le retour

Chers amis blogueurs nous voilà de retour pour de nouvelles aventures.

Nous espérons ne pas trop vous avoir manqué.

Nous avions laissé, fin août 2016 ,Albacore au chantier à la Seyne sur mer.

Gilbert et Claude vont l’y retrouver dès le 5 mai pour préparer sa mise à l’eau programmée le 10.

Voici une ébauche de notre circuit 2017 en direction de Lampaul

 

circuit Albacore 2017  

Albacore épisode 3

Nous continuons de parler un peu technique

Pour terminer les  pages 2016 nous évoquerons la navigation et la sécurité.

Les outils de navigation:

Bien sûr l’essentiel pour naviguer est de savoir avoir précision où on se trouve, où on souhaite aller, à quelle vitesse on va etc c’est le rôle du GPS que chacun connaît bien puisque aujourd’hui de nombreuses voitures en sont équipées .


Le GPS Furano GP32 à faible consommation d’énergie peut être relié à 12 satellites en faisant un GPS  de grande précision

Sur l’exemple fictif ci dessus la destination entrée en Way Point est Porquerolles

BRG:cap de la destination(185)

COG: cap suivi par le bateau (213)

RNG: distance restant à parcourir (1,39 milles)

SOG: vitesse du bateau ( 0,2 nds)

A droite le schéma d’écart par rapport à la route

RTE: ici écart de 1,38 milles à tribord

Il nous faudra donc corriger notre route en partant sur bâbord ,comme l’indique la flèche blanche ,pour atteindre exactement notre WP


Autres indications possibles:

La charge de la grosse batterie auxiliaire( 12,6 volts)

La distance parcourue depuis le départ (2540milles nautiques )


Et bien sûr la position exacte du bateau comme ici le passage du méridien de Grennwich avec la date et l’heure TU.

Position exacte qui peut être reportée sur les cartes marines obligatoires à bord


Cartes précieuses en cas de panne électrique ou informatique puisque vous l’avez vu nous disposons sur Albacore d’outils informatiques avec par exemple le logiciel libre Open CPN donnant les cartes numériques et avec la liaison au GPS la position exacte du bateau


Et vous l’avez aussi vu la possibilité de suivre la trace du bateau sur l’application iNavix pour iPhone qui fonctionne comme un GPS portable avec toutes les informations indispensables à la navigation


Prendre la mer c’est bien mais pas n’importe où et n’importe quand

Les outils permettant d’avoir la méteo sont donc importants

Nous disposions des données de meteo consult

Avec la frontologie


Les données de vent sur 4 jours toutes les 3 heures

Un autre logiciel Weather 4D avec des informations équivalentes


Et enfin ces mêmes fichiers méteo Gribs de la  NOAA téléchargeables dans l’application QtVlm permettant de faire de petits routages a conditions d’avoir de bonnes conditions WIFI ce qui malheureusement n’est pas tout à fait performant dans les ports au niveau des pontons il faut se déplacer aux capitaineries

Ici deux routes proposées  pour se rendre de Calvi à Porquerolles

Bien sûr toutes ces donnés méteo ne sont que des prévisions moyennes et il faut bien faire attention à la réalité du terrain surtout en Méditerranée où les fichiers pouvaient nous prévoir 5à 10 nds de vent alors que sur zone nous avions plus de 20 nds et ce fut même jusqu’à 30 nds en rafales en milieu d’après midi

Donc il faut vraiment être vigilant et de renseigner auprès  des locaux également

En Méditerranée pour information il y a un site italien spécialisé qui est très performant et qui nous a beaucoup servi et évité de sortir au mauvais moment

http://www.lamma.rete.toscana.it/modelli/vento-e-mare
Voilà tous ces outils sans oublier l’excellent sens marin du capitaine nous ont permis de faire des navigations en toute sécurité et bien aidé par le pilote automatique qui souvent sait barrer mieux que nous si le vent n’excède pas 25-30nds


Ci dessus le boîtier de commande du pilote sur lequel on indique le cap à suivre que l’on peut également voir sur le compas

La sécurité:

Le tableau de bord au niveau de la table à carte avec la VHF et système radar

La VHF fixe et portable permettant de communiquer

Canal 16 en mer

Canal 79 souvent pour les infos marines

Canal 9 pour communiquer avec les ports à leur approche

Sur Albacore nous avons une VHF ASN( appel sélectif numérique ) permettant d’émettre un signal de détresse comportant un message reconnaissable dans un rayon de 30 à 50 milles par des bateaux équipés de VHF DSC(ASN en français ) obligatoire sur navires  à gros tonnage avec veille permanente.

Toutes les informations utiles aux coordinateurs du sauvetage pour identifier le navire sinistré et connaître sa position sont contenues dans le message qui sera automatiquement transmis de navire en navire  jusqu’à sa réception par un centre de secours.

Sur Albacore une balise de détresse         supplémentaire indépendante manuelle (EPIRB) permettant une émission de signal même en cas de démâtage ( perte de l’antenne VHF)

Et l’affichage des consignes à bord


Cette VHF est aussi équipée du système AIS( automatic identification system) en réception et d’un cable NMEA permettant la connection USB à l’ordinateur afin que le signal puisse être reconnu par un logiciel type Open CPN.

Sur la cartographie on pourra visualiser les bateaux émettants un signal AIS qui sont à moins de 10 milles, apparaîtront l’identité du navire, son type , sa position, son cap, sa vitesse et ses conditions de navigation

Ceci est bien utile la nuit mais n’exclu pas la veille puisque l’AIS en émission n’est obligatoire que pour les gros navires et les gros bateaux de pêche, sur Albacore l’AIS n’est qu’en émission nous ne pouvons être vus par d’autres navires par ce système

Les bateaux sont reconnus par leur code MMSI qui est une code a 9 chiffres délivré à tous les bateaux par l’agence nationale des fréquences (ANFR) c’est en quelque sorte la carte d’identité du bateau

C’est ce même code, introduit lors de l’initialisation de la VHF,  qui sert de reconnaissance lors de l’appel de détresse .

Prudence à bord est de rigueur et chaque marin dispose  de son matériel de sécurité individuel surtout la nuit et dès que la mer forci.

Le gilet hydrostatique à déclenchement automatique et manuel équipé d’une lampe flash automatique


Et puis le harnais et la ligne de vie si besoin


La bouée fer à cheval et le feu flottant  à retournement en cas de chute à l’eau


Le radeau de survie pour les cas extrêmes  et en jaune la perche IOR pour l’homme à la mer également, autrement dit MOB en langage marin ( man over board)


Évidemment on ne souhaite qu’une chose c’est de pas avoir à utiliser en réels ces outils.

Voilà fait un tour non exhaustif de ce qui se passe sur Albacore

Merci encore pour votre suivi fidèle

Le blog reste  ouvert  vous pouvez y revenir quand bon vous semble

Avec les amitiés de l’équipage d’Albacore

Demain le résultat du concours

Bon il n’y a pas beaucoup de réponses c’est pas grave c’était plus pour s’amuser

D’ailleurs le lot  du gagnant reste un mystère et une surprise jusque 2017 😉😉😉😉⛵️⛵️⛵️⛵️⛵️👏👏

Albacore épisode 2

Continuons à parler un peu technique et poursuivons la présentation d’Albacore

Sa propulsion:

Évidemment la préférée de l’équipage et ça va de soit pour un voilier c’ est bien la propulsion naturelle par le vent.

Albacore est équipé de plusieurs voiles

Les plus utilisées :

Une grande voile à lattes de 27 m2

Un génois de 42 m2

Autres voiles:

Un spi léger  de 80 m2

Un spi assymétrique de 100m2

Un foc « tempête » de 15 m2

Ces voiles  ont été soigneusement fabriquées chez Mr Boucher et son équipe de Yucca Voiles à Brest



 


Navigation en ciseaux par plein vent arrière ici génois comme en tribord amure et grand voile comme en bâbord amure le tout parfaitement choqué


Voire même avec génois tangonné pour plus d’efficacité et de stabilité


Pour toutes les manœuvres délicates, sorties entrées de port, Amarrages,  mouillages ,prises de bouées  etc et bien sûr en cas de manque de vent il y a le moteur

Albacore est équipé d’un moteur  Volvo Penta 3 cylindres de 28cv refroidi par échangeur à eau de mer.


Important à bord également l’électricité

Pour le démarrage du moteur une batterie de 100A

Pour l’autonomie électrique nécessaire pour l’électronique de bord,VHF, commande du pilote, lumières, éclairages,alimentation ordinateur, recharges des téléphones et appareils photos etc etc une batterie auxiliaire de 115oA chargée soit:

Par l’alternateur du moteur 60A/h


par le panneau solaire


par un alternateur monté sur l’arbre d’hélice 90A/h qui peut fonctionner à partir du moment où le bateau est au moins à 5 nds sous voiles


Voilà pour cet épisode

Nous reviendrons pour d’autes explications concernant la navigation elle même ainsi que le sécurité

Albacore épisode 1

Nous l’avons beaucoup cité et beaucoup évoqué cet excellent voilier.

L’avons nous bien présenté celui qui nous porte depuis presque 4 mois

Né Albacore en 1984 et mis à l’eau en 1985

Un First 345 des chantiers Beneteau , quillard en polyester monolithique  de 10,5 m de long, 3,4 m de large

Tirant d’eau 1,7m

Tirant d’air 15m

Poids 6 tonnes dont 2 tonnes de lest (quille)

Réservoir de carburant 80L (gazoil)

Capacité de réserve en eau douce deux bâches à eau de 150L

Sur la photo suivante on voit très bien les différents éléments:

coque bien-sûr, quille ,safran, mât à 2 barres de flèches même si on en voit qu’une sur ce cliché


Son agencement intérieur


A l’avant une cabine 2 places


Au milieu le carré avec 2 banquettes pouvant offrir 2 couchages


Dont un parfaitement sécurisé en cas de roulis


Sous chaque banquette une bâche à eau de 150L


A l’arrière une cabine 2 places


De l’autre côté de l’escalier de descente ou de montée c’est selon le cabinet de toilette et WC et ballon  d’eau chaude chauffée par le moteur oú par l’électricité au ponton dans les ports


L’espace cuisine avec gazinière 2 feux,four et évier plus rangements


De l’autre côté l’espace navigation avec table à carte et outils de navigation et communication

On y reviendra plus en détail


Équipements extérieurs

Rien ne vaut une belle photo « aérienne  »


Le gréement on y voit le mât et ses 2 barres de flèches

Les haubans, l’étai qui maintient le mât par l’avant supportant le génois ici enroulé par l’enrouleur

Le pataras , cable qui sert à tirer le mât en arrière avec son ridoir



La bôme  équipée d’un easy bag ou lazy bag  permettant de ranger et protéger la grand voile affalée


Le coffre avant avec la chaîne de l’ancre et son treuil manuel.

Le roof équipé d’une capote

Le cockpit


Avec banquettes sous lesquelles il y a des coffres de rangement

La barre franche de commande du safran ou gouvernail


Et bien sûr différents équipements tel que winches

Taquets coinceurs  de drisses

Les équipements  de navigation

GPS


Compas et gite


Commande pilote


Vitesse du vent


Commande moteur

Suite au prochain numéro

Viana

Hello les terriens

Petit problème technique en arrivant au port, impossible d’enrouler le génois,il a fallu l’affaller.

Ensuite on comprend mieux pourquoi le capitaine est appelé capitaine

image

Gilbert a évidemment résolu le problème, rien de grave comme il dit.

Tout va bien au Portugal sommes sur Albacore loin des tristesses de ce monde, nous avons appris hier soir pour Munich.

Nous avons rencontré des gens charmants ayant pour beaucoup vécus plus ou moins longtemps en France, encore une belle étape .

Nous repartirons pour Porto dès le 11.Donc rendez vous à Porto.